Commune de Marigny-Brizay

Les reliefs crayeux de Marigny ajoutent à l'attrait de ses vastes horizons. 

Les "vieilles pierres" sont une réelle curiosité : 
ruines du château de Montfaucon (XIIIème siècle), manoir de la Mailleterie (XVème siècle), manoir de la Vauguyot (XVIIème siècle) et surtout la magnifique porte monumentale de la Tour Signy, seul vestige d'un fort et d'un "hostel" plus récent. 

Au centre du bourg, l'église fondée au Xème siècle, très remaniée jusqu'au XIXème siècle, garde une précieuse cloche offerte en 1573 par Gabrielle de Mareuil, veuve de Nicolas d'Anjou. 

Les nombreux sites troglodytiques, pour la plupart anciennes carrières de tuffeau, offrent des utilisations diverses: comme maisons d'habitation, comme salle de reception (cave du Châtelet), comme caves où s'affine en fûts ou en bouteilles un vin réputé maintenant hors de France et jaloux de son appellation de "Haut-Poitou". 
Certaines caves sont ouvertes au public (liste sur demande à l'Office de Tourisme).

Sur la rive gauche de La Pallu, le bourg de Saint-Léger possède une très belle église romane avec son porche et ses chapiteaux à décors animaliers ainsi qu'un prieuré transformé en Espace Culturel (programme sur la page agenda).

 
 
L'église Saint Etienne à Marigny-Brizay
L'église Saint Etienne de Marigny-Brizay a été fondée au Xème siècle. Elle a connu au cours des temps de nombreux aléas. De l'origine il ne subsiste que la travée centrale par laquelle on accède au clocher, clocher qui abrite une précieuse cloche offerte en 1573, par Gabrielle de Mareuil, veuve de Nicolas d'Anjou. A l'intérieur de la nef, on peut admirer plusieurs chapiteaux sculptés et une chapelle sermi-entérrée. 

Une première restauration a été effectuée au début du 17 ème siècle après les guerres de religion. mais l'église fut ensuite fort malmenée pendant la révolution puis tranformée à la fin du XIXème siècle. Le choeur et les deux transepts actuels ont alors été édifiés. En 1945, l'abside a été dotée de vitraux. 

Si vous vous promenez autour de l'église, vous pourrez aussi admirer dans un angle extérieur une statuette de Saint-Vincent, patron des vignerons qui a toujours été naturellement vénéré sur la commune de Marigny-Brizay. Cette statuette a été offerte et installée dans les années 50 par plusieurs viticulteurs locaux.

Si l'histoire de Marigny-Brizay vous intéresse, nous vous proposons un livre de 170 pages "Si Marigny-Brizay m'était conté..."écrit par Monsieur Lemoine, ancien maire de la commune. Cet ouvrage est disponible sur demande à l'office de tourisme au prix de 20€ + frais de port 3€.

 
 
L'église de Saint-Léger-la-Pallu et le prieuré
L'église de Saint-Léger tire son nom de Saint Léger, abbé de Saint-Maixent conseiller de la reine Bathilde au VIIème siècle. Ensemble, ils abolissent l'esclavage dont sont victimes les Gaulois. 

Mais Saint-Léger est assassiné. Son corps est rapatrié à Saint Maixent et le cortège s'arrête près de Marigny. C'est là qu'au XIème siècle sera construite l'église consacrée au martyr. Une petite vigne a été plantée devant l'entrée à la place d'un cimetière dont il subsiste une sépulture. 

Pour entrer dans l'église, il faut descendre quelques marches car elle a été construite sur la pente qui descend vers la Pallu. L'intérieur est lumineux et richement orné de sculptures. 

L'église a été récemmnet restaurée ainsi que le prieuré qui la jouxte. C'était une auberge sur le chemin du pélerinage de Saint Jacques de Compostelle. 

Il a été transformé en Espace Culturel avec un riche programme annuel de spectacles que vous trouverez sur demande à l'Office de Tourisme ou voir le PDF suivant.

 
 
 
Le Château de la Tour Signy
Du château de la Tour Signy, il ne reste que des ruines. Le vestige intact et le plus important est une porte isolée. 

La porte Son architecture pompeuse et triomphale permet de la dater du début du XVIIème siècle. Elle serait l'oeuvre des élèves des "Androuet du Cerceau", les architectes du pont Henri IV de Châtellerault. 

Déjà s'y exprime la pompe abstraite et majestueuse de l'époque Richelieu. Pour s'y rendre, sur la route entre Vendeuvre et Marigny, prendre à gauche au carrefour de la Croix Truet direction "Le Côteau" et "chambres d'hôtes".. 

Vous passerez devant les troglodytes où récemment encore, quelques familles habitaient et où se trouvait une champignonnière. 

Pour faire une randonnée dans le secteur, demander le parcours "Vignes et troglodytes".

 
 
    Belles demeures de Marigny-Brizay
Le Château de Montfaucon
Probablement le plus emblématique de la commune de Marigny-Brizay, la château ou maison forte de Montfaucon éveille l'imaginaire. Cette construction fortifiée "maison quarrée" à quatre piliers ronds et massifs repose sur un soubassement de pierres dures sur lesquelles un parement de silex a été rajouté au niveau des anciennes douves afin de préserver l'étanchéité de ses fondations. 

De part sa fonction défensive, affirmée par un pont levis sur sa façade principale et de conséquentes fentes verticales dans la tour des latrines, on peut assimiler cette construction à une Forteresse. 

Aujourd'hui, Montfaucon est une vénérable ruine qui a subi les outrages du temps mais ce site ne laisse pas indifférent puisque depuis 2001, il est inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques. 

Le Manoir de la Mailleterie
Superbe demeure aux allures de forteresse qui date du 15ème siècle. Ce qui intrigue le plus, c'est la tour en poivrière qui est surmontée d'une pointe et où s'accroche un cavalier de plomb brandissant sa lance. Le premier seigneur connu est Charles Joubert. 

On sait peu de choses sur cette demeure mais près de là se trouve une habitation troglodytique qui contient des sarcophages que l'on daterait de l'époque des templiers. Le manoir est inscrit depuis 1934 à l'inventaire des monuments historiques. 

Il a été la propriété d'un peintre allemand célèbre, Paul Loskill. Il y avait installé son atelier. 

Le Château des Roches
Les textes font état de l'existence d'un premier édifice en 1334. Aujourd'hui cette imposante demeure bourgeoise, flanquée de quatre tours d'angle carrées, une tour ronde à l'ouest et une autre octogonale au sud, resplendit dans un parc aux arbres séculaires, dans lequel a été rapporté un arc magnifiquement décoré de 3,50 mètres de large et de 3 mètres de haut. 

Le Château fut au cours des XIXème et XXème siècles, successivement la propriété des familles Delalande, Cesbron, Marot et Meuly. 

Le Château de la Mare
Ses origines remontent au XVIème siècle. Le château a souvent changé de mains et aussi d'aspect au cours des temps. Il a notamment appartenu à Nicolas de sainte-Marthe qui fut échevin de Poitiers en 1613 et lieutenant général de la sénéchaussée. L'édifice actuel a été construit en englobant un petit manoir dénommé "le petit fou". Le logis principal donne au sud sur des jardins à la française et un vaste panorama. 

On remarque dans la cour nord un imposant pigeonnier carré surmonté d'un clocheton. Plusieurs métairies y étaient rattachées ainsi que des bois et vignes, signes de sa vocation agricole. 

Le Château de la Valette
Une étude archéologique laisse supposer que son existence serait antérieure au XIIIème siècle, mais le château connaît par la suite, principalement à l'époque Renaissance, d'importantes transformations successives. 

A l'intérieur, les belles boiseries de style Louis XVI ornées de peintures en camaïeu représentant les quatre saisons, ainsi que des scènes champêtres ont fait l'objet en 1994 d'une inscription à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.

 
 

Français